Un bon thérapeute, c’est quoi?

Etre thérapeute, c’est être professionnel dans la relation d’aide, d’accompagnement. Ce qui implique éthique professionnelle, déontologie. Un bon thérapeute définit un cadre respectueux à la relation qui permet à la personne accompagnée de retrouver son pouvoir personnel. Tout thérapeute sait que son accompagnement est temporaire, son objectif principal est d’aider la personne à retrouver les ressources qu’elle possède. Voici cinq critères pour reconnaître un bon thérapeute :

  1. Ecoute bienveillante
  2. Emancipation et humilité
  3. Distance et respect
  4. Patience et finalité
  5. Responsabilisation et prise de recul

Un bon thérapeute s’intéresse à la personne qu’il accompagne

Main tendu vers une personne qui va tomber illustrant l'aide du thérapeute

Photo by Noah Buscher on Unsplash

B.A.-BA de toute relation, un bon thérapeute s’intéresse à la personne qu’il accompagne. Il exerce une écoute active pour comprendre au mieux les problématiques qui amènent la personne en consultation, afin de lui proposer un accompagnement adapté. Il a la volonté d’aider sans se poser en sauveur. Il sait que la personne détient les clés pour aller mieux. Il est juste facilitateur des prises de conscience personnelles. Il construit un cadre rassurant et respectueux pour l’aider à renouer avec ses propres ressources.

Un bon thérapeute fait preuve d’humilité

Photo by Michael L on Unsplash

Un bon thérapeute adopte une posture de non savoir. A l’opposé des sophistes, il pose un regard bienveillant et motivant pour aider la personne à s’émanciper. Ses éclairages extérieurs aident à la prise de recul de la personne par rapport à ses problématiques. L’autonomie est au cœur de sa pratique. Avec davantage d’objectivité, détachée du tourbillon émotionnel, la personne peut alors décider ce qu’il y a de mieux pour elle et faire ses propres choix.

Un bon thérapeute est garant du cadre de la relation

Cadre photo doré sur mur brut illustrant le cadre de la relation thérapeutique.

Photo de Sara Garnica provenant de Pexels

Plus qu’un confident, il sait que la neutralité bienveillante garantit un accompagnement juste, sans jugements. Son rôle ne se résume pas à écouter et acquiescer. Il est là pour aider la personne à cheminer vers la réalisation de soi. Ni complétement distant, ni familier, par le dialogue, il instaure une relation de confiance, où la personne se sent libre de s’exprimer. Il connaît les phénomènes de transfert et contre-transfert* et pose les limites indispensables pour maintenir un cadre bienveillant propice à la relation thérapeutique.

Un bon thérapeute connaît l’importance de la temporalité

Photo de samer daboul provenant de Pexels

Il sait que plusieurs temps imprègnent la relation thérapeutique. Grâce à la relation de confiance qui se crée, la personne va pouvoir oser s’exprimer pleinement et faire ainsi, avec l’aide du thérapeute, les prises de conscience qui vont pouvoir l’émanciper. La libération par la parole prend du temps. En effet, la personne se libère d’abord de ses ressentis pour ensuite remobiliser ses ressources personnelles qui lui permettront d’agir. La relation thérapeutique a donc pour essence une FIN. Il s’agit de l’objectif principal de tout accompagnement thérapeutique.

Un bon thérapeute prend du recul

Vue en contre-plongée d'un oiseau survolant des immeubles illustrant la hauteur

Photo de Timi Keszthelyi provenant de Pexels

Un bon thérapeute fait preuve d’empathie pour comprendre la personne sans se laisser envahir par ses propres émotions. Il connaît ses limites de compétences. Il fait preuve d’auto-critique par rapport à ses propres ressentis pour justement veiller à son objectivité.

Vous souhaitez vous faire accompagner ? Ecoutez-vous, faites confiance à vos ressentis.



Prenez soin de vous, tous les jours, à chaque instant.


Vous pouvez reproduire ce texte sans coupure ni modification et le partager à condition d’en citer la source : en-renaissance.com, l’auteure Clémentine Beneteau et les crédits photos : Photos by Noah Buscher et by Michael L on Unsplash, Photos de Sara Garnica, de samer daboul et de Timi Keszthelyi provenant de Pexels.

*Mécanisme qui se produit dans toute relation thérapeutique, le transfert est le déplacement d’un sentiment ou d’une émotion de la personne accompagnée envers son thérapeute. Elle rejoue ainsi des relations passées que le thérapeute va aider à comprendre. A contrario, le contre-transfert désigne les réactions inconscientes du thérapeute vis à vis de la personne accompagnée.

Laisser un commentaire