La spiritualité au quotidien

Le cheminement spirituel une ascension vers sa  responsabilité, l'accuil de ses émotions, la joie de l'instant présent

La spiritualité au quotidien c’est un état d’être : en paix, joie de l’instant.

La spiritualité au quotidien : un retour vers soi

Le travail intérieur a permis un gros nettoyage des émotions, des mémoires.

Le travail intérieur c’est prendre ses responsabilités. Sortir de l’état de victime (Caliméro inside). Non, ce ne sont pas les autres qui vous mettent en colère ou qui vous rendent tristes. C’est votre propre interprétation de la réalité. Chacun est responsable de ses émotions. Et quand elles arrivent, grand merci ! Parce-quelles contiennent toutes un message : un besoin non écouté, une prise de conscience à faire.
Le travail intérieur permet donc d’accueillir, d’écouter, sans jugement. Ben oui c’est notre mental qui aime catégoriser. Mais attention le mental ce n’est pas un gros mot ! C’est bien utile, notamment pour agencer ses idées, par exemple. A nous d’en faire un outil et ne pas en devenir l’esclave.

Comment justement se libérer de ce mental qui nous fait trop cogiter ?

Ah ce fameux petit vélo ! Ce sont les peurs qui remontent (futur potentiel) les regrets (le passé est passé, over). C’est possible de calmer ce petit vélo.

1) D’abord j’accueille mes émotions, je les écoute.

Attention accueillir ce n’est pas mettre un mouchoir dessus. Tout plein de techniques, toutes sympas existent pour gérer ses émotions. (Je vous invite à explorer ce qui vous correspond).


Et riez les amis !

2) Auto-discipline et rigueur

Bah oui, tout n’est pas si facile. M’enfin ce n’est pas juste c’est assez dur comme ça me direz-vous. Sors de ce corps Calimero !
Cher humain incarné je tiens à te dire que tu as beaucoup de puissance et de pouvoir pour sortir du trio (pas) fantastique : victime/bourreau/sauveur.

Le travail intérieur se fait tous les jours, avec indulgence. Toujours.

Car indulgence pour soi, devient indulgence pour tous. Oui l’amour de soi c’est possible !

  • Travailler sur soi c’est reconnaître quand une pensée ne va pas nous élever et se demander quel est le message.
  • C’est accueillir les événements quels qu’ils soient comme des occasions de grandir, d’apprentissage.

(On ne reconnaît pas toujours sur le moment ce cadeau de l’univers). Justement, cela demande de la temporalité, le travail intérieur.

Mais alors nos ombres, késaco ?

Nos ombres ce sont des petites parts de nous, des constructions, des automatismes, des gardiens qui se sont créés à un moment donné pour nous protéger.
Voui alors même si c’est considéré comme caca-boudin, elles sont là ! Et comme tout, elles demandent à être écoutées.
Se connaître c’est être libre. Quand on connaît son mode de fonctionnement réactionnel, on peut prendre du recul.

« Ah oui tu es là ma part d’agressivité, de haine, de jalousie, d’envie…. »

(je n’en ajoute pas, chacun trouvera très facilement ses parts.)

« T’inquiète, je suis en sécurité, je t’apaise, je te berce, mais je ne te renie pas car tu fais partie de moi »

Juste reconnaître et apaiser pour libérer.

Maintenant, dans ma p’tite tête je ne les appelle plus des ombres mais des « Lumières sombres », car elles m’aident à me reconnecter à mon intérieur, petites messagères de mes besoins à écouter.

Je vous souhaite de redécouvrir toute votre richesse.

Prenez-soin de vous tous les jours, à chaque instant.


Vous pouvez reproduire ce texte sans coupure ni modification et le partager à condition d’en citer la source : en-renaissance.com, l’auteure Clémentine Beneteau et le crédit photo : Photo by Jared Rice on Unsplash.

Laisser un commentaire